Inspiré par ses maîtres (Cage et Duchamp) et par les diverses tendances de l’école de New York, Allan Kaprow devient la tête de file de ceux qui rejettent toutes les idées reçues concernant l’art, au point d’effacer toutes les frontières entre art et non-art. (Wikipedia)

Dans le document ci-dessous, Jeff Kelley nous parle d’Allan Kaprow et de la re-création de sa pièce Sweet wall.

SWEET WALL a été construit et renversé à Berlin en 1970. Kaprow a déclaré à propos de la pièce: «Elle ne renferme rien, ne sépare personne. Le mur a été construit dans un quartier désolé proche du vrai mur de Berlin. Le vrai mur divise une ville contre elle-même… En tant que parodie, Sweet Wall parlait d’une idée de mur. 
Le mur de Berlin était aussi, d’une certaine manière, une idée.

Sweet Wall sea étéra construit à partir de parpaings assemblés avec du pain et de la confiture comme mortier.

En tant qu’inventeur de Happenings à la fin des années 50, Allan Kaprow a été décrit de diverses manières comme un révolutionnaire avant-gardiste, un sociologue radical , un moine zen, un éducateur progressiste et un théoricien anti-art . Mais il doit aussi être compris comme un artiste. Alors qu’il sera toujours associé aux improvisations du début des années 1960, les œuvres de Kaprow ont peu à peu quitté le public, caractéristiques spectaculaires des premiers événements pour devenir un art plus véritablement participatif dans lequel le contenu autrefois privilégié de l’artiste cède la place à l’ expérience personnelle. du participant.

(Source)

Eat

 Eat, en janvier 1964, a été organisé dans des caves de New York aux allures de cavernes, autrefois utilisées par une brasserie. A l’entrée de cet environnement animé par des performers, les visiteurs découvraient deux constructions verticales en bois. « Sur chacune de ces tours, une fille était assise, immobile, sur une chaise tournant le dos à l’entrée. A gauche, la fille avait une grande carafe de vin rouge et à droite, la fille avait une grande carafe de vin blanc. Si un visiteur réclamait du vin, elles en versaient dans un gobelet en carton qu’elles lui tendaient. Les filles ne parlaient pas et bougeaient à peine, sauf pour servir. »2 La déambulation des visiteurs les menait également vers une femme faisant frire des bananes, un homme perché dans une alcôve distribuant des pommes de terre, et une structure de bois dans laquelle des miches de pain et de la confiture étaient à disposition.